Venue de l’ouest du bassin méditerranéen, la lavande était déjà utilisée par les Romains pour conserver le linge et parfumer les bains. En Provence, la lavande fut utilisée au Moyen Âge, pour la composition de parfums et de médicaments, mais c’est à partir du XIXe siècle que sa culture se développa.

Les lavandes « vraies » poussent à une altitude de 500 à 1 700 m sur les versants ensoleillés des montagnes. La qualité des lavandes est réputée augmenter avec l’altitude.

Elle est produite notamment à Sault, et elle est la principale activité agricole de cette zone du Vaucluse, mais on la retrouve également dans les Préalpes, notamment dans le Diois où elle est très bien représentée.

Partout la lavande couvrait le terrain et, à Brette comme dans toutes les zones montagneuses (Diois, Baronnies…) on cueillait la lavande sauvage à la main.

1956

Avant les gelées de 1956 il n’y avait pas ici de champs de lavandes cultivés. Les agriculteurs coupaient cette lavande sauvage. Elle poussait à profusion sur toute la montagne la peignant ainsi de bleu chaque année à la floraison.

Mes parents m’ont appris à connaître et aimer la lavande puisque dès l’âge de 6 ans je les accompagnais sur la Servelle de Brette, « un bourra » blanc croisé sur les épaules pour former un sac dans le dos, une faucille à la main, un béret noir vissé sur la tête et des chaussures à clous pour ne pas glisser. Je vous parle des années 50, nous récoltions la lavande fine sauvage à la main. Gérard Blache

Blache Provence Senteurs

La lavande poussait naturellement dans les champs abandonnés où pâturaient les moutons.

Puis peu à peu la demande des industriels ainsi que les parfumeurs de Grasse ont fait grimper les prix et on a commencé à planter des champs de lavande puis de lavandin.

1972

J’ai acheté ma première coupeuse. Quelques années plus tard, mon fils Nicolas, prenait les commandes.

A cette époque on chargeait les remorques de lavande en vrac à la fourche. La distillerie se trouvait à 25km des champs.

1980

Avant d’arriver à la distillerie, nous devions traverser le village de La Motte Chalencon… les rues étaient tellement étroites et les remorques tellement chargées que Gérard à bord de son Massey Fergusson, devait jouer les acrobates.
Au passage du chargement, c’est tout le village qui respirait l’odeur de la lavande…

Dans les années 80, je cultivais et récoltais 15 hectares. La commercialisation était assurée par une coopérative mais, celle-ci ayant fait faillite, j’en suis venu à commercialiser moi-même ma production de lavande et de lavandin en petits flacons/sachets/bouquets et savons. J’ai aussi travaillé avec un parfumeur de Grasse pour créer ma propre eau de toilette. Ainsi, été née l’entreprise unipersonnelle : BLACHE PROVENCE SENTEURS.
Par la suite, avec ma femme nous avons ouvert une boutique dans le petit village de Saint Nazaire le Désert (Drôme) pour le grand plaisir des touristes !

2016… un nouveau chapitre

En 2016, Emilie Leclerc et Nicolas Blache reprennent l’histoire familiale pour donner naissance à Sentiers des Alpes.

 

 

 

Une marque qui s’inspire entièrement de son territoire et qui préserve le savoir-faire des producteurs de plantes d’altitude.

Fort de notre expertise de producteur de plantes d’altitude, nous souhaitons préserver notre savoir faire
en créant une nouvelle marque s’accordant à notre passé et entièrement dédiée aux Alpes.

 

Nous souhaitons vous transporter, à travers nos produits, au cœur des montagnes.
En respectant le savoir-faire d’un collectif créatif et passionné, notre territoire et notre savoir vivre.

Et surtout, nous souhaitons préserver toutes nos cultures françaises en créant des produits intégrant des actifs biologiques de plantes alpines.

Sentiers des Alpes est donc née de la nécessité de briser l’uniformité du monde cosmétique avec beaucoup d’audace, d’intégrité et de créativité.